Accueil Santé Ulcère à l'estomac que faire : comment savoir si...

Ulcère à l’estomac que faire : comment savoir si vous en souffrez ?

Pathologie plutôt commune, l’ulcère gastrique bénéficie aujourd’hui d’une prise une charge qui s’est nettement améliorée, et qui permet de fournir une qualité de vie supérieure tout en réduisant le risque de complications.

L’ulcère gastrique correspond à une perte de substance concernant la couche musculeuse de l’épithélium gastrique. Loin du jargon médical, cela signifie que la perte de substance est plutôt profonde, et qu’elle ne touche pas que les couches superficielles de l’estomac.

Pourquoi l’ulcère se développe-t-il ?

La survenue de l’ulcère de l’estomac a été imputée à plusieurs facteurs :

  • L‘Helicobacter pylori : qui a un rôle prépondérant dans la survenue d’ulcère. C’est le facteur qui a le plus d’impact sur le développement de la maladie.
  • Le déséquilibre entre la sécrétion muqueuse protectrice (le mucus est un film gluant qui empêche l’acide de léser l’estomac) et la sécrétion acide délétère.
  • La consommation d’alcool,de café..
  • La prise d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : prouvée comme étant une très large cause d’ulcères. La limitation de la consommation abusive et insensée d’AINS est le principal volet préventif du traitement.

Comment savoir si on souffre d’ulcère ?

Si le tableau clinique chez un patient atteint d’ulcère est restreint aux brûlures et à la douleur gastrique, ce sont surtout les caractéristiques de la douleur qui permettent souvent de suspecter le diagnostic avant même d’avoir à recourir à la fibroscopie:

  • La douleur apparaît 2 à 3h après les repas.
  • La douleur est soulagée par la prise alimentaire, elle est au contraire déclenchée par la faim d’où son nom de « Faim douloureuse ».
  • A la douleur peuvent s’associer des nausées, voire des vomissements.

Quels sont les traitements disponibles ?

Après la suspicion clinique de la maladie ulcéreuse, le diagnostic passera par une fibroscopie, qui consiste à introduire un fin tuyau par la bouche, afin d’explorer tout le tube digestif haut (Bouche, œsophage, estomac et une partie du duodénum).

Si le diagnostic est posé et est confirmé par une biopsie, un traitement peut être entamé, celui-ci peut être médicamenteux, ou chirurgical dans certains cas.

Aujourd’hui, les dernières recommandations de 2015 axent le traitement de l’ulcère sur l‘éradication de l’Helicobacter Pylori, substituant la quadrithérapie bismuthée à la classique trithérapie utilisée jusque là.

La quadrithérapie bismuthée est faite :

  • De Bismuth.
  • De métronidazole.
  • De tétracycline.
  • D’inhibiteurs de la pompe à protons.

Cette nouvelle méthode remplace l’ancien traitement qui ne contenait pas de bismuth, et qui contenait de l’amoxicilline. Elle rencontre un taux d‘éradication de la bactérie de 90% et ce, en 10 jours.

Après cette thérapie et donc l’éradication de la bactérie, le patient doit continuer à prendre ses inhibiteurs de pompe à protons (IPP) pendant plusieurs semaines pour normaliser la sécrétion acide de l’estomac.

Le traitement chirurgical se fait de moins en moins devant les bons résultats obtenus par le simple traitement médicamenteux. Il subsiste néanmoins quelques indications à la chirurgie, comme la récidive trop fréquente malgré un traitement d’éradication bien éconduit.